Lieux et inspiration

Une de mes préoccupations en écrivant la série Windigo était de mettre de l’avant les légendes et le folklore québécois. C’était logique de mettre mon histoire en scène dans des lieux qui m’étaient familiers.

Dans le tome 1, on retrouve Ellie sur le campus de l’Université Laval, qui est en fait mon lieu de travail des 10 dernières années. L’été, quand les étudiants sont absents, c’est très paisaible. Avec mes collègues, nous attendons toujours le retour en classe avec plaisir et appréhension. L’endroit est toujours bouillonnant de vie et d’activités: des joggeurs, des employés et des étudiants, sans oublier les marmottes plutôt dodues. (Pour nos amis Français, ce sont de gros rongeurs qui vivent dans des terriers.)

Dans le tome 2, Ellie se rend au parc naturel du Mont-Belair, un autre endroit avec des sentiers très agréables pour toute la famille. Le parc compte une piscine et plusieurs modules de jeux. Les sentiers se rendent jusqu’aux lignes électriques, un large passage avec des pîlones en métal, donnant accès à des kilomètres de pistes utilisées par les véhicules tout terrain, les chevaux et les randonneurs.

Pour le tome 3, les choses étaient légèrement différentes. *SPOILER* La reine Mab exige que la rencontre des Clans et de la Faction se tienne à Montréal. J’ai donc eu quelques recherches à effectuer. Montréal est bien ma ville de naissance, mais je l’ai quitté à 17 ans. J’y reviens pour voir ma famille sur une base régulière, mais pas assez pour connaître les endroits vraiment intéressants. J’ai donc fait appel à un de mes frères. 

Sans ordre particulier, voici les endroits qui ont retenu mon attention. 

La Gare Viger 

Construite entre 1896 et 1898 selon une architecture inspirée des châteaux de la Loire, en France, la gare-hôtel Viger est constituée d’un amalgame de béton, de bois et d’acier. Un immeuble adjacent, soit l’ancienne gare Berri, a été érigé en 1910 et 1911. Ces deux bâtiments offrent environ 150 000 pieds carrés d’espace.  

L’édifice accueille ses premiers voyageurs en août 1898. La gare et de nombreux services pour les passagers occupent le rez-de-chaussée. Au premier étage est aménagé un restaurant spacieux qui offre à ses clients l’accès à une large terrasse donnant sur la rue Craig (actuelle rue Saint-Antoine). Les 88 chambres de l’hôtel sont réparties dans les étages supérieurs. 

Elle est présentement inoccupée et a fait l’objet de plusieurs relances et de projets qui n’ont jamais été terminés.  L’idée que le bâtiment soit si énorme, mais que rien ne s’y passe, me laisse perplexe. Au fil des ans, un des promotteurs aurait dû réussir à transformer l’endroit, mais tous les projets semblent voués à l’échec. Assurément, il y a anguille sous roche.

Consultez toute l’histoire du bâtiment

Les Lofts Fattal et la Death House 

Les Lofts Fattal étaient un groupe de bâtiments sur la rue St-Rémi. Le loyer était peu élevé et le quartier attirait des gens au mode de vie alternatif. L’endroit était décrit comme ayant un réel esprit de communauté. Les unités ressemblaient un peu à des espaces de rangement; petits et carrés, avec de hauts plafonds et une mezzanine pour la chambre à coucher. Ils ont été démolis en 2017, mais pour le bien de l’histoire, j’ai un peu tricoté autour de ce fait… Appelons ça la liberté artistique. 😉 

La Death house se trouve juste à côté. C’était une boîte de nuit et une salle de spectacle underground, reconnu pour ses tendances punk. L’endroit aurait cessé d’opérer en 2015. C’était plutôt difficile d’accès et la façon la plus simple était de traverser les rails de chemin de fer. 

Dans les deux cas, je trouvais que c’était les repères parfaits pour des créatures surnaturelles. Le 20 mai, vous pourrez découvrir ces endroits et ce qui y rôde. 

Un extrait de L’ennemi du Windigo

Voici le tome 2 de la série Windigo, où on retrouve Ellie, accompagnée des Faoladh et de Karl. Plusieurs autres créatures surnaturelles seront au rendez-vous: une lavandière de nuit, l’oiseau-tonnerre et des feux follets, pour ne nommer que ceux-là. La sortie est prévue le 11 février 2021.

Voici un petit extrait pour vous faire patienter!


Le vent nous apporta une odeur de cuisson et mon estomac me fit regretter d’avoir choisi d’attendre. Je grimaçai et hâtai le pas. Une fois dans le stationnement, je remarquai une voiture arrêtée au milieu de la voie. La portière s’ouvrit et je me figeai à la vue de Bastien. Ses cheveux châtains étaient cachés par une casquette trucker noire et rouge. Il me dépassait d’une bonne tête, tout en muscles, en partie grâce à son héritage surnaturel, mais aussi en raison de son mode de vie actif. Son habituel sourire en coin était absent et la surprise me fit ralentir. Il referma la portière avec un geste brusque, les sourcils froncés. 

Geneviève n’avait pas remarqué sa présence et elle avait continué vers la rangée suivante. En s’apercevant que je ne la suivais plus, elle rebroussa chemin. Elle n’avait jamais caché son intérêt pour Bastien, mais c’était malheureusement à sens unique. Elle arqua un sourcil interrogateur à mon intention. Mon regard alterna entre les deux et ma poitrine se creusa. Bastien me manquait tellement, mais le fossé entre nous était difficile à franchir. 

– Où est ta voiture? demanda-t-il. 

– Elle embarque avec moi, intervint Geneviève. 

J’inspirai pour masquer ma déception à ses paroles. Cette conversation aurait pu prendre bien des tournures différentes, mais la réconciliation ne semblait pas être au menu du jour. 

– Salut Bastien, répondis-je. Je suis contente de te voir. 

Il soupira et se passa une main sur le visage. 

– Je suis content de te voir aussi. 

Il avança jusqu’à moi et me serra dans ses bras. Je lui rendis son étreinte, la gorge trop serrée pour parler. Il recula finalement. 

– Je m’ennuie de nos collations du soir. 

Je secouai la tête avec un rire étranglé. 

– Tu t’ennuies seulement que je te prépare à manger. 

Il mit une main sur sa poitrine avec un sourire moqueur. 

– Tu me brises le cœur. 

– Tu confonds avec la faim. 

Son visage s’éclaira d’un réel sourire avant de redevenir sérieux. 

– Tu me manques, Ellie. La maison est trop tranquille sans toi. 

Je hochai la tête, incapable de lui répondre avec des mots. Il se balança d’un pied à l’autre et jeta un coup d’œil à Geneviève. Elle avait la bouche pincée et le considérait avec un air pensif. 

– Je dois parler à Ellie un moment. Je te la rends après. 

Ses mâchoires se crispèrent et elle me jeta un regard. Je n’avais pas beaucoup d’amies, mais Geneviève était une perle. Je lui fis signe d’accepter et elle s’éloigna avec un soupir résigné. Bastien se passa une main sur la nuque. 

– Nous avons eu un incident délicat avec la meute. Un loup-garou bestial a attaqué un couple de touristes dans les monts Chic-Chocs. Ils ont survécu, mais l’homme a été infecté. 

Je frissonnai à cette nouvelle. En coupant mes liens avec la meute, j’avais aussi perdu mes sources d’information. Karl m’en racontait un peu, mais je le soupçonnais de passer par-dessus bien des détails. Les survivants de ce genre d’attaque étaient plutôt rares. Marc et moi faisions partie des exceptions. Mais seules la chance et l’intervention des Faoladh, nous avaient sauvé la vie. Les monstres qui avaient tué mes parents avaient fait près d’une trentaine de victimes avant d’être abattus. La mine sombre, Bastien poursuivit. 

– Christian et les sentinelles font de leur mieux pour qu’il survive à la transformation. C’est un homme bien. Mais la présence de sa femme le chamboule trop. 

Un mauvais pressentiment me fit plisser les yeux. Il dut le sentir, car il se dépêcha de terminer. 

– Megan est une humaine normale. L’existence du monde surnaturel ne semble pas l’avoir trop dérouté, mais on préférerait la tenir à l’œil. 

Je croisai les bras alors que la frustration me faisait serrer les dents. 

– Je suis sûr que Sorcha peut s’occuper d’une simple humaine. 

Il secoua la tête. 

– Rian et elle sont encore occupés à traquer le loup-garou bestial. Bridget essaie de finaliser le texte de la constitution avant la visite officielle de la délégation du Roi-Mage dans deux semaines. 

La porte du côté passager grinça et une femme sortit de la voiture. Ses cheveux bruns ondulés s’agitèrent dans le vent et elle les repoussa d’une main. Elle devait faire à peu près la même taille que moi, mais sa stature était plus délicate. 

– Bastien, comme je te l’ai dit, je peux rester chez moi. C’est visiblement trop compliqué de me trouver une gardienne. 

Son ton était léger, mais une pointe d’amertume se faisait sentir. Sa situation ne m’était pas étrangère. J’avais aussi été à la merci des Faoladh et de leur bienveillance étouffante. Bastien fronça les sourcils à l’intention de Megan. 

– C’est autant pour ta sécurité que pour la tranquillité d’esprit de Jeremy. 

Une expression coupable passa sur le visage de Megan et j’eus un élan de sympathie. Avant de me rappeler que je ne pouvais pas laisser la meute dicter mes actes ou me demander d’accomplir des tâches. Un bandeau de tension commença à m’enserrer le front. Je portai mes mains à mes tempes et fermai les yeux.  

– Ce serait seulement pour le reste de la journée, dit-il. Tu pourras la ramener ce soir. On fera livrer une pizza et on rattrapera le temps perdu. Qu’est-ce que tu en dis? 

Il avait terminé avec un sourire gamin, celui auquel j’avais énormément de difficultés à dire non. Nous avions grandi ensemble, presque soudés l’un à l’autre. Nos chemins avaient divergé à la fin de l’adolescence, mais c’était probablement la personne qui me connaissait le mieux au monde. Derrière lui, Megan nous observait avec une expression inquiète. Elle aurait besoin d’une bonne dose de courage et de toute l’aide possible pour passer au travers des prochains jours. 

C’était peut-être despotique de la part de Christian de croire que j’allais tout abandonner pour m’occuper de Megan, mais force m’était d’admettre que j’étais particulièrement bien placée pour l’aider à réconcilier sa nouvelle vie avec l’ancienne. Je pointai Bastien du doigt. 

– Je te reparlerai ce soir lorsque je ramènerai Megan à Sainte-Catherine. On verra à ce moment si j’ai envie de passer du temps avec toi. 

Il acquiesça d’un air reconnaissant et je le chassai d’un geste de la main. 

– Va aider Christian à conquérir le monde. Je vais faire connaissance avec Megan pendant ce temps. 

– Merci, dit-il. 

Il m’attrapa par les épaules dans une rapide étreinte et déposa un baiser sur ma joue. Il retourna auprès de Megan et ils échangèrent quelques mots. Finalement, il lui fit signe de me rejoindre avant d’embarquer dans sa voiture. Il agita la main à mon intention une dernière fois avant de prendre la direction de l’autoroute Robert-Bourassa. 

Je me tournai vers Megan et pris une profonde inspiration. Elle pivota sur elle-même, son regard passant d’un bâtiment à l’autre. 

– Ça n’a pas beaucoup changé depuis cinq ans. 

Je pointai en direction du pavillon Alphonse-Desjardins.  

– On pourrait aller prendre un café au pub universitaire. Quelqu’un va me rapporter ma voiture d’ici une heure. On pourra ensuite passer l’après-midi dans un endroit plus tranquille. 

Elle acquiesça avec un air neutre. Derrière moi, le gravier crissa et je me tournai pour voir Geneviève approcher. Son regard alterna entre Megan et moi. Je fis signe à cette dernière de m’attendre et allai rejoindre Geneviève. 

– C’est la femme du cousin de Bridget. Son mari a eu un diagnostic médical obscur. Bastien veut que je passe quelques heures avec elle, le temps que la famille se remette de ses émotions. Je crois qu’elle va avoir besoin de discuter… 

J’agitai les mains, en manque de mots pour terminer mon mensonge. Geneviève jeta un coup d’oeil à Megan par-dessus mon épaule avec un air perplexe. 

– On ne dit pas non à la famille, j’imagine. On ira sur la rue Saint-Jean une autre fois. 

– Désolé. 

Elle haussa les épaules avec un sourire. 

– Je t’appellerai ce soir et tu me raconteras. 

Je la regardai s’éloigner avec un pincement au cœur. La prudence me dictait de la garder à l’écart de l’aspect surnaturel de ma vie. Je ne le faisais pas de gaieté de cœur et la situation me pesait sur la conscience, mais c’était plus sécuritaire ainsi. Je me tournai vers Megan. Elle haussa les sourcils, les mains croisées sous ses bras pour les garder au chaud. Nous avions beau être en plein soleil, les bourrasques étaient froides.  

– Je ne sais pas toi, mais je suis affamée. 

Elle cligna des yeux à quelques reprises. 

– Je crois que mon dernier repas date d’hier. 

La pauvre n’était pas au bout de ses peines. 

– Pour des protecteurs, les Faoladh sont parfois complètement à côté de la plaque. 

Elle eut un rire surpris. Je lui fis signe de me suivre. La psychanalyse attendrait que j’aie l’estomac plein. 

Une entrevue éclair par Coups de coeur Fantasy

Est-ce qu’il vous arrive de ne plus savoir quoi lire? Ou d’avoir une idée particulière en tête, mais de ne rien trouver qui s’en approche? C’est ce qui a motivé la création de la page Coups de coeur Fantasy. Cette page Facebook a pour vocation de partager des romans qui s’inscrivent dans le genre de la fantasy, que ce soit urbaine, dark, romantique ou héroïque. On y retrouve aussi bien des auteurs connus que des auteurs émergents. Je vous encourage à y jeter un coup d’oeil et vous abonner!

Chaque mercredi, la page présente une entrevue avec un auteur de fantasy. Le 13 janvier, c’était mon tour! Voici l’entrevue:

Ce mercredi, on vous présente Mélanie Dufresne, écrivaine, auteure de fantasy et de science-fiction. Voici son entrevue éclair! ⚡️
💘Nombre de mots écrits en carrière💘
J’approche le demi-million de mots écrits! J’ai publié 4 romans et 7 nouvelles.

💘Ton plaisir coupable💘
J’adoooore le chocolat. Et les romans où le monsieur a perdu sa chemise sur la couverture… Mais comme mon Kindle est lié au compte de mon conjoint, je peux rarement faire passer ces achats incognito. 😜

💘Ce que tu détestes💘
La noix de coco. Ark. Je suis incapable de tolérer le goût et j’ai bien de la difficulté avec l’odeur. Le crime ultime est de jumeler noix de coco et chocolat. Inacceptable.

💘Le thème de ta série💘
Ellie cherche à obtenir son indépendance. Elle pensera dans un premier lieu que c’est synonyme de solitude, mais les événements lui prouveront qu’elle a besoin des gens autour d’elle.

💘Le meilleur atout de ton personnage principal💘
Ellie est une survivante. La vie l’a rendu tenace et résiliente, ce qui lui servira dans ses interactions avec les créatures surnaturelles.

💘Le pire défaut de ton personnage principal💘
Les interactions sociales lui viennent difficilement, ce qui peut mener à des incompréhensions et de la mauvaise communication.

💘Une particularité de ton univers💘
J’ai mélangé les mythes habituels (vampires, loups-garous et Faes) avec le folklore québécois. J’ai repris notamment la légende du Windigo, du Bonhomme Sept Heures, de la Corriveau et la Dame blanche, pour ne nommer que ceux-là. Les événements se déroulent dans la ville de Québec et les environs.

💘Ton roman en une phrase💘
Ellie, jeune étudiante universitaire, se trouve mêlée à des rivalités entre les séparatistes et les loyalistes surnaturels, alors que l’enjeu pour elle est plutôt d’obtenir sa propre indépendance.


La Proie du Windigo

Que représente l’indépendance d’un individu devant l’indépendance d’une nation?
Jeune étudiante universitaire, Ellie Bergeron est curieuse de connaître le dénouement des discussions entre les créatures surnaturelles nord-américaines et européennes. À l’instar des Québécois normaux, la communauté surnaturelle souhaite obtenir son indépendance. Simple humaine adoptée par la meute des Faoladhs, des loups-garous de souche irlandaise, Ellie a une place de choix en coulisse pour observer leurs démarches.

Lorsque le monstre le plus effrayant d’Amérique du Nord la prend en chasse, Ellie passera de spectatrice à participante qu’elle le veuille ou non. Alors qu’elle tente de venir en aide à un ami, elle devra faire face à des révélations bouleversantes à propos d’elle-même et de ses proches. Certaines créatures surnaturelles voudront l’utiliser, d’autres préféreront l’éliminer pour la faire taire.

Comment Ellie pourra-t-elle obtenir son indépendance tout en aidant sa famille surnaturelle à obtenir la sienne?

La Proie du Windigo est le premier tome d’une trilogie où se mélangent fantasy urbaine et folklore québécois.

Disponible sur toutes les plateformes numériques: https://books2read.com/u/mglnk7

Une petite recette à partager

J’adore manger et je préfère généralement qu’il y aie une bonne dose de chocolat, surtout lorsqu’il est question de dessert. Mais cette recette est l’exception à la règle.

Je vous souhaite un beau temps des fêtes, avec les gens qui vous sont chers, de la nourriture délicieuse et des lectures réconfortantes.

Gâteau de petit déjeuner aux canneberges et à l’orange

Source : Alexandra Stafford
Temps de préparation : 10 minutes
Temps de cuisson : 50 minutes
Temps total : 60 minutes
Rendement : 8 à 10

DESCRIPTION

Si vous n’aimez pas les canneberges, beaucoup de gens ont eu de la chance avec des bleuets (myrtilles) surgelées. Le babeurre peut être remplacé par une demi tasse de lait avec 5 ml de vinaigre blanc.

De plus, cette pâte peut être préparée la veille. Ne la conservez pas dans le moule dans lequel vous prévoyez de la faire cuire – conservez-la dans un plat quelconque, puis transférez-la dans un moule graissé le matin.

INGRÉDIENTS

125 ml de beurre non salé, à température ambiante
le zeste d’une orange
250 ml + 15 ml de sucre
1 œuf, à température ambiante
5 ml de vanille
500 ml (256 g) de farine
10 ml de levure chimique
5 ml de sel
500 ml de canneberges fraîches ou congelées
125 ml de babeurre

INSTRUCTIONS

Préchauffez le four à 350ºF. Battre en crème le beurre avec le zeste d’orange et 1 tasse (250 ml) de sucre jusqu’à ce qu’il soit léger et mousseux.

Ajouter l’œuf et la vanille et battre jusqu’à ce que le tout soit homogène. Pendant ce temps, mélanger les canneberges avec 30 ml de farine. Dans un autre plat, mélanger le reste de la farine, la levure et le sel.

Ajoutez le mélange de farine à la pâte, petit à petit, en alternant avec le babeurre. Incorporer les canneberges.

Graisser un moule carré de 9 pouces (ou quelque chose de similaire) avec du beurre ou l’enduire d’un spray antiadhésif. Étendre la pâte dans le moule. Saupoudrer la pâte avec les 15 ml de sucre restant. Faites cuire au four pendant 45 minutes, puis vérifiez la cuisson en touchant doucement le dessus ou en insérant un cure-dent. Si nécessaire, remettez le moule au four, vérifiez toutes les cinq minutes environ – (remarque : la cuisson peut durer jusqu’à 50 minutes, surtout si vous avez préparé la pâte à l’avance). Laissez refroidir au moins 15 minutes avant de servir.

Bon appétit!

Une nouvelle nouvelle!

Parce que derrière chaque grand homme se cache… une équipe! Dominix ne pourrait pas accomplir la moitié de ses exploits sans son entourage.

Comme écrivaine, j’ai utilisé les nouvelles au départ comme des exercices d’écriture pour développer les personnages secondaires de la série. Finalement, ça a éventuellement servi à combler les trous laissés par la trame du temps des tomes principaux. Et j’ai voulu en faire profiter les lecteurs.

Mais comme il peut être fastidieux d’acheter toutes ces nouvelles à l’unité, j’ai décidé de les regrouper en un seul recueil. Voici donc l’anthologie qui regroupe les nouvelles déjà parues et ma toute dernière: Désillusion.

La sortie de l’anthologie est prévue le 3 décembre, ce qui marque l’anniversaire d’un an de Gemellus! Je trouvais que le moment était bien choisi pour boucler la boucle.

Voici un petit extrait de la toute dernière nouvelle qui nous raconte les mésaventures de Fergus entre les événements du tome 2 et du tome 3. Bonne lecture!


Désillusion

Le visage du gars devant moi pâlit de plusieurs tons. Il redéposa son transmetteur et fixa son écran sans bouger. Je me raclai la gorge pour attirer son attention. Ma mission avait été complétée et je voulais être payé. Il cligna des yeux et se tourna vers moi. 

– Une collision avec un gargantua. 

Je retins un soupir et décidai de prendre mon mal en patience. 

– Qui? 

– Le jeune qui devait transporter des troupes. C’est une mission de sauvetage urgente. 

Le commis se massa les tempes. 

– Je n’ai personne d’autre. On manque d’effectifs. C’est le troisième accident mortel cette semaine. 

Je fronçai les sourcils et posai un coude sur le comptoir. Ce n’était bon pour personne si les mercenaires et les transporteurs ne terminaient pas leurs contrats. Notre domaine était dangereux à la base, mais nous n’étions pas en guerre. Quoique c’était peut-être une question de temps, vu les incursions en provenance du Bras du Sagittaire. Le commis tourna son écran vers moi et me pointa la dernière colonne de son tableau. 

– Les cotes générales sont en baisse. Il y a de plus en plus de contrats abandonnés. J’ai un taux record d’équipages hors service ou manquants à l’appel. 

Je me frottai la mâchoire pour diffuser la tension dans ma vieille cicatrice. Mav allait sûrement me faire regretter ce que j’étais sur le point de faire. 

– Donne-moi les détails de la mission de sauvetage. 

Le commis haussa les sourcils. 

– Ce n’est pas ton genre de mission habituel. 

Je lui fis signe de poursuivre quand même. Il tapota son écran et mon transmetteur tinta pour indiquer que j’avais reçu un message. J’ouvris la fiche et parcourus l’information. Mav ne serait pas contente du tout. Je pressai le bouton pour accepter la mission. 

– Envoie-les à mon dock dans une heure. Je dois terminer mon ravitaillement. 

– Je vais t’en devoir une, Fergus. 

Bilan – 1 an comme corsaire littéraire

Il y a un an, je hissais le pavillon noir, je faisais fi des règles d’engagement traditionnelles et je partais à la conquête des mers! Ok, ok, j’arrête avec la métaphore maritime. J’ai le mal de mer, de toute façon. 

Ça fait déjà un an que la nouvelle “Sous pression” est parue. Cette courte nouvelle lançait la série Dominix Kemp et a été achetée en grand nombre par les amis et la famille. Je les remercie d’ailleurs de cet accueil enthousiaste. Ça m’a donné le courage de poursuivre. 

C’était le début d’une belle aventure et j’y ai consacré plus d’une soirée tardive et quelques matinées commencées avant le soleil (gracieuseté de mon petit dernier). C’était parfois épuisant de jongler le travail, la vie de famille et les multiples chapeaux de l’auteur indépendant. Heureusement, plus j’avance et plus mon processus se raffine. Certaines tâches se font plus rapidement ou j’ai appris à leur réserver le temps nécessaire. 

Je me suis lancée en partant du principe que ma première trilogie en serait une d’essais et d’apprentissages. Et j’ai effectivement beaucoup appris! Comme mon lectorat était modeste au départ, j’ai pu faire ces erreurs sans trop les étaler. Ouf! Personne n’a vu le moment où j’ai dû crier “Un homme à la mer!” (Ah non désolé, on avait dit qu’on arrêtait les métaphores douteuses…) 

J’ai appris qu’on ne lance pas un titre en même temps que des élections. On ne lance pas un titre en janvier, quand tout le monde éponge les factures du temps des fêtes. La sauvegarde automatique est la meilleure amie de l’auteur indépendant. La to-do liste aussi, mais elle est parfois interminable. On ne prépare pas une promotion juste après un lancement… et on n’hésite pas à reprogrammer quand ça nous sort par les oreilles. Un plan, c’est fait pour être flexible! 

J’ai eu la chance de faire de belles rencontres, des collègues écrivains et des auteurs indépendants qui partagent mes ambitions et mes défis. Des gens qui donnent au suivant et qui n’hésitent pas à partager leur expérience, leurs succès et leurs échecs. J’ai pris beaucoup de notes et je fais de mon mieux pour évaluer mon parcours avec un regard critique.  

J’ai aussi échangé avec des lecteurs passionnés, qui donnent leur opinion en toute honnêteté et qui sont prêts à passer quelques heures avec mes personnages. Leurs critiques sont assurément la plus belle récompense qu’y soit. Ne vous m’éprenez pas, le versement des royautés l’est aussi, mais une critique élogieuse chasse les doutes et les angoisses bien plus efficacement. 

Toutes ces expériences et ces connaissances ont été mises à profit et le lancement de ma nouvelle série de fantasy urbaine a pu en bénéficier. Cette série a dépassé mes attentes et je suis impatiente de voir ce que l’avenir me réserve. Quoique j’ai déjà une petite idée! Ceux qui me connaissent ne seront pas surpris d’apprendre que mon plan est fait. Mon futur, et celui des lecteurs qui m’accompagneront, sera rempli de créatures incroyables et de décors à couper le souffle. 

Et parce que je suis une nerd assumée, voici l’année en chiffre: 

  • 2 univers 
  • 4 romans 
  • 6 nouvelles 
  • 20 articles de blog 
  • 40 abonnés Instagram 
  • 115 abonnées à l’infolettre 
  • 130 abonnées Facebook 
  • 425 copies vendues 
  • 1 070 pages publiées au format papier 
  • 164 000 mots écrits, révisés, corrigés et édités 
  • 297 000 mots publiés 

Scène coupée – La Proie du Windigo

C’est bien connu, même si certaines scènes sont écrites avec passion, elles doivent parfois être retirées du texte final.  

Ce prologue était vraiment fort avec son côté sombre et intense. Les émotions étaient au rendez-vous et la scène donnait le ton pour le reste de l’histoire. Malheureusement, un prologue, c’est aussi une promesse. Une promesse faite par l’auteur au lecteur. Et dans ce prologue, la promesse n’y était pas. Ou en définitive, pas la bonne promesse.

J’ai donc dû mettre la scène de côté et en écrire une nouvelle. Par contre, je ne pouvais pas laisser cette scène dans l’obscurité du tiroir des “Deleted scenes”. C’est pourquoi je vous l’offre aujourd’hui, pour vous remercier de suivre les aventures de Karl et Ellie. Et m’excuser de vous faire patienter jusqu’à la sortie du tome 2! 


Lac Carheil, 15 ans plus tôt 

Bridget fut la première à apercevoir l’enfant. C’était une fillette frêle au regard perçant. La couleur de ses cheveux était indéfinissable sous la saleté. Probablement pâle. Ses vêtements étaient en piteux état, déchirés et aussi sales que le reste. La petite était assise au sol et ses bras encerclaient ses genoux. Plusieurs branches de conifères avaient été entassées entre une souche et un bosquet d’arbres. L’abri de fortune était loin d’être parfait, mais il avait l’avantage de bien camoufler l’enfant. C’était probablement ce qui lui avait sauvé la vie. 

Bridget jeta un coup d’œil aux alentours pour s’assurer que personne d’autre ne l’avait rejointe. La fillette la fixait toujours du regard. Elle s’accroupit et sourit d’un air rassurant. De cette position, elle remarqua l’adulte qui était étendu derrière l’enfant. Elle espérait de tout cœur que ce n’était pas un cadavre. Pauvre petite. 

– Ils sont tous morts. 

Elle se tourna pour voir Christian arriver derrière elle. Elle leva la main pour lui faire signe de s’arrêter. Aussitôt, elle reporta son regard vers la petite fille. Elle n’avait pas bougé. Bridget relâcha son souffle délicatement. La forêt était sombre et son mari avait parlé à voix basse. Avec un peu de chance, la fillette ne s’était pas aperçue qu’ils étaient plusieurs. 

– Va me chercher une bouteille d’eau et une couverture, s’il-te-plaît. 

Elle n’attendit pas sa réponse et commença à avancer vers l’enfant, toujours accroupie. La fillette suivit sa progression du regard. Mis à part quelques clignements de yeux, elle resta immobile. 

– Bonjour, je m’appelle Bridget. Je suis venue t’aider. 

La fillette baissa les yeux vers l’homme étendu à ses côtés. Le geste mit en relief l’ossature de l’enfant. Elle était probablement déshydratée et sous-alimentée. 

– Comment t’appelles-tu? 

Le regard de l’enfant revint vers elle. Le cœur de Bridget se serra. Elle avait elle-même un fils à peine plus âgé. Pour rien au monde, elle n’aurait voulu lui faire subir ce genre d’épreuves. 

– As-tu froid? Je pourrais te prêter une couverture, si tu veux. 

La petite acquiesça. Bridget sourit à cette première réaction. Des bruits de pas signalèrent le retour de Christian. Elle se tourna et lui fit signe d’approcher doucement. Son mari la regardait avec un air interrogateur. Elle lui pointa l’enfant. Christian ouvrit de grands yeux. Il dévissa le couvercle de la bouteille et la lui tendit. Bridget l’offrit à l’enfant. 

– Juste une gorgée pour commencer. 

Docile, la petite écouta la consigne et déposa la bouteille après avoir bu. Bridget pointa l’homme étendu au sol. 

– Qui est avec toi? 

L’enfant mit une main sur son compagnon et le secoua doucement. Ce dernier se mit à tousser de façon incontrôlable et roula sur le côté. Il était dans le même état que l’enfant. La fillette tendit la bouteille à son compagnon. L’homme releva les yeux, surpris. Puis son regard se posa sur Bridget et Christian. Il se redressa et prit la fillette dans ses bras. 

– C’est terminé. Le cauchemar est fini, dit-il. 

Et il éclata en sanglots. 

Un extrait de La Proie du Windigo

La Proie du Windigo est le tome 1 d’une série mélangeant fantasy urbaine et folklore québécois. Suivez Ellie, une jeune étudiante universitaire, alors qu’elle se retrouve mêlée à des rivalités entre les séparatistes et les loyalistes surnaturels. Comment obtiendra-t-elle sa propre indépendance tout en aidant sa famille adoptive à obtenir la sienne?

Voici un extrait, alors que Ellie et Bastien, son frère adoptif, sont sur le stationnement du campus universitaire. Ils essaient de comprendre pourquoi la voiture d’Ellie n’a pas démarré la veille. Bonne lecture!

Extrait 

Je donnai un coup de pied dans le pneu de ma voiture. Bastien m’avait sorti du lit avant le lever du soleil. J’avais un seul café de bu. Et juste pour me pourrir l’existence, ma voiture avait démarré du premier coup.  

Assis derrière le volant, Bastien me jeta un regard amusé. J’entendis la clenche du capot se relâcher. Sourcils froncés, je l’ouvris et mis la baguette. Il me rejoignit et se pencha au-dessus du moteur. Dans la fraîcheur du matin, il dégageait autant de chaleur qu’une petite fournaise. Le soleil finirait par remonter la température, mais d’ici là, ma veste était trop légère. Je coinçai mes mains sous mes bras pour ne pas me blottir contre lui. Il vérifia quelques pièces avant de tâtonner la batterie, la seule partie que j’étais capable d’identifier. Puis il pointa une autre partie d’où sortaient des tuyaux. 

– As-tu touché à tes bougies d’allumage? 

– Non, pourquoi j’aurais fait ça? 

Il fronça les sourcils. 

– Les tuyaux sont propres, comme si quelqu’un les avait manipulés. 

Je frissonnai avec un mauvais pressentiment. L’arrivée de Karl m’avait empêchée de vérifier l’état de ma batterie la veille. Ce n’est peut-être qu’une coïncidence. Dans tous les cas, Bastien n’avait pas de temps à perdre avec mes théories de complot. Il fallait qu’il se concentre sur la protection de la jeune mage. Je retirai la baguette et lâchai le capot. Il recula juste à temps pour éviter d’être guillotiné.  

– Je vais prendre un rendez-vous au garage pour faire vérifier tout ça, dis-je. 

– Ellie, je n’aime pas ça. Tu es peut-être en danger. Avec tous les surnaturels en ville, ce n’est pas le temps de prendre ce genre d’incident à la légère. 

Ses pensées avaient pris la même direction que les miennes. Je ne savais pas si je devais être soulagée ou inquiète. Je secouai la tête. 

– Si c’est un coup monté, c’est probablement quelqu’un qui veut t’empêcher de te rendre à ton affectation. Tu ferais mieux d’appeler le duc Nikolaj pour t’assurer que sa fille est en sécurité. 

Bastien pinça les lèvres et croisa les bras. 

– Je ne peux pas appeler directement. Je suis censé me faire passer pour le palefrenier qui travaille à l’écurie d’à côté. 

Je souris à cette idée.  

– C’est digne d’un film. C’est sûr qu’elle va avoir le béguin pour toi. 

Il eut un soupir excédé.  

– L’important, c’est qu’elle arrête de faire faux bond à son équipe de sécurité. Au rythme où vont les choses, elle va faire mourir son père avant qu’on n’arrive à signer le traité. 

– Demande à Bryan d’appeler.  

Il acquiesça et son regard survola le stationnement. L’endroit était vide à l’exception d’un agent de sécurité qui nous surveillait depuis sa voiture de service. La zone avait été fermée la veille en prévision de l’avant-match. Avec un regard sévère, l’agent nous avait avertis que nous devions libérer l’endroit rapidement. J’avais échappé de quelques minutes à un remorquage à mes frais. 

– Je n’aime pas l’idée de te laisser seule. 

Je retins un roulement d’yeux. Les Faoladh avaient la fâcheuse habitude de considérer mon humanité comme une faiblesse. Mais c’était à force de passer du temps avec eux que j’étais exposée au danger. Cette pensée me trottait dans la tête depuis plusieurs semaines, depuis le début des préparatifs pour la table des discussions. Je servis un sourire confiant à Bastien. 

– Je te promets d’être prudente et de ne pas causer d’ennuis. J’appellerai Bridget en cas de doute. 

Il acquiesça et me serra dans ses bras. Je le remerciai de m’avoir reconduit jusqu’à ma voiture et lui souhaitai bonne chance pour les jours à venir. Il me répondit d’une grimace amusée avant de sauter dans sa voiture et de quitter le stationnement. Je le suivis dans ma Golf sous le regard sévère de l’agent de sécurité et contournai l’équipe qui s’affairait à monter un énorme chapiteau pour me rendre au pavillon voisin. 

– C’est là que tu te caches, s’exclama Geneviève quelques heures plus tard. 

Je relevai la tête de mon cahier à dessin et clignai des yeux. Geneviève pencha la tête pour observer ma feuille. Elle inclina la tête et vint se placer derrière mon épaule pour avoir une meilleure vue.  

Après avoir quitté le stationnement, je m’étais trouvé un fauteuil dans le hall du premier étage du pavillon Charles-De Koninck. La lumière y entrait à pleine fenêtre et la vue donnait sur le toit vert de l’atrium. Une canne et ses petits étaient visibles entre les longues tiges des graminées. Je déposai mon crayon et étirai mes mains devant moi. 

– C’est… intéressant, dit Geneviève. 

Je relevai le nez et arquai un sourcil moqueur. Elle haussa les épaules avec un sourire d’excuse. Ce n’était pas un secret qu’elle ne comprenait pas mes dessins. Son regard fit le tour du hall. 

– C’est une trop belle journée pour dessiner des trucs menaçants. 

Je me penchai sur mon cahier. La forêt s’étendait sur toute la page, les troncs des arbres décharnés s’alignaient tels des gardiens silencieux. Dans l’obscurité, on devinait une forme monstrueuse. Je n’avais pas pu me résoudre à lui donner une forme plus précise. L’inspiration viendrait peut-être plus tard. Je refermai le cahier avec douceur pour préserver les pages et le rangeai dans mon sac. 

Geneviève me fit signe et je la suivis dehors. Une brise fraîche me souleva les cheveux. Je tournai mon visage vers le soleil et fermai les yeux pour en apprécier la chaleur. Geneviève cria mon nom et je pressai le pas pour la rejoindre.  

Le campus s’était animé depuis mon arrivée. J’inspirai les odeurs de cuisson et de BBQ tandis que nous zigzaguions entre les groupes de partisans. Le cercueil rouge et or avec l’effigie des Carabins me fit sourire. La journée s’annonçait superbe et les partisans étaient d’humeur festive. Geneviève s’arrêta finalement devant un abri-soleil rouge. Il y trônait un énorme fumoir noir mât. Un groupe d’étudiants était regroupé autour de la tente, tous avec une bière à la main. 

– C’est Fred qui cuisine. Il nous prépare du porc effiloché. 

Sur la dizaine de personnes présentes, j’en connaissais quatre. Geneviève me présenta les autres, mais je ne parvins pas à retenir leurs noms. Je pris la bière qu’on m’offrait et écoutai la conversation d’une oreille.  

J’agitai la main lorsque je vis les filles de la loterie moitié-moitié passer avec leurs dossards rouges. Je m’avançai pour les payer plus facilement. Elles prirent mes coordonnées avec un sourire et me souhaitèrent bonne chance.  

Alors que j’empochais mes billets, j’entendis quelqu’un crier mon nom. Je me tournai juste à temps pour recevoir un ballon de football dans le ventre. Je refermai les bras par réflexe et reculai d’un pas pour amortir l’impact. Mon dos percuta une masse solide. Je me tournai, une excuse au bord des lèvres, et me retrouvai face à Karl.  

Ses lunettes fumées miroir me renvoyèrent mon expression surprise. Le coin de sa bouche se releva en une ébauche de sourire. Mon cœur manqua un battement et mes pensées s’éparpillèrent au vent. 

– Renvoie la balle, cria un des garçons derrière moi. 

Devant mon manque de réaction, Karl me la prit des mains et la leur envoya d’un geste fluide. La balle effectua un arc gracieux avant d’atterrir exactement dans les mains de celui qui m’avait interpellé. Je reportai mon attention sur Karl. Son sourire était parfaitement désarmant. Il enleva ses lunettes et les accrocha dans son col. Il portait un chandail à manches courtes vert forêt qui faisait ressortir le bleu de ses yeux. 

– Salut Ellie. As-tu réussi à trouver le problème de ta voiture? 

Je m’éclaircis la gorge, bien décidée à avoir l’air d’une universitaire articulée plutôt que d’une adolescente avec un béguin. 

– Non. Mais elle a démarré sans problème ce matin.  

Je souris devant son air surpris. 

– Ma réputation de fille débrouillarde vient d’en prendre un coup. 

Il fronça les sourcils avec sérieux. 

– Je suis prêt à témoigner en ta faveur, si ça peut t’aider. 

Je secouai la tête en riant. Mon regard se porta derrière lui. 

– Es-tu venu seul aujourd’hui? dis-je. 

Je me donnai un coup de pied mental. La question manquait carrément de subtilité. Heureusement, son attention s’était portée sur la foule plus loin. 

– Non, j’étais avec des amis. Ils sont à la scène Budweiser. Il y a un groupe de musique. Mais il y a trop de monde, alors j’ai décidé de faire le tour du stationnement. 

Son regard revint sur moi et je frissonnai devant tant d’intensité. 

– Veux-tu m’accompagner? 

Geneviève arriva à mes côtés, juste comme j’ouvrais la bouche pour répondre. 

– Il me semble qu’on se connaît, lui dit-elle. 

Karl lui tendit une main et se présenta. Geneviève pinça les lèvres et fit semblant de réfléchir. Elle agita un doigt vers lui. 

– Je suis presque sûr qu’on s’est déjà croisé dans les corridors. 

Elle m’envoya un coup de coude. 

– On a un cours dans un local juste à côté du sien. 

Le regard de Karl alterna entre nous. Je haussai les épaules avec un air innocent. 

– C’est possible, dis-je. 

– Je ne savais pas que vous vous connaissiez, continua-t-elle. 

J’inspirai pour garder mon calme. Elle allait me le payer. Karl vint à mon secours. 

– On s’est croisé hier et on a discuté. 

– Et vous êtes ici tous les deux aujourd’hui. Quelle coïncidence. Veux-tu rester prendre une bière? 

Karl me sourit. 

– Peut-être plus tard. J’ai proposé à Ellie de faire le tour des kiosques. 

– Bonne idée. À tantôt! 

Elle salua Karl avec sa bière d’une main et me fit signe d’y aller de l’autre. Tournant le dos à Karl, j’ouvris de grands yeux en guise de remontrance. Sa subtilité avait besoin de travail. Elle se contenta de me faire un sourire satisfait. C’était sans espoir. Je fis face à Karl et tendis une main vers l’allée. 

– Allons-y. 

Son sourire déclencha un envol de papillons dans mon ventre. Je le suivis entre les allées de kiosques. Son épaule frôla la mienne à quelques reprises alors que nous contournions d’autres marcheurs. Il dégageait autant de chaleur qu’un Faoladh.  

Entre la brise fraîche et lui, la chair de poule recouvrait mes bras. Je m’efforçai de n’y voir rien de plus qu’un accident fortuit. Jusqu’à ce qu’il mette carrément ses mains sur ma taille pour contourner un groupe qui jouait à lancer la rondelle. Un frisson d’anticipation me remonta la colonne. 

Mon cellulaire vibra dans ma poche et me ramena au présent. Je le sortis et vis un message texte de Bryan. 

« T’es où? » 

Mes mâchoires se crispèrent et je retins un soupir d’exaspération. Karl haussa les sourcils, visiblement intrigué par mon changement d’attitude. 

– Désolé, marmonnai-je. 

Je me dépêchai de taper une réponse banale. Si je répondais d’une seule lettre, il enverrait quelqu’un. Pendant ma jeunesse, ces vérifications aléatoires m’avaient semblé normales. Jusqu’à ce que je réalise que les parents de mes amis ne le faisaient pas. Et que j’étais la seule personne dans la meute à devoir les subir. Christian avait instauré cette procédure pour ma sécurité, mais j’avais souvent l’impression que c’était une sorte de rappel. Au cas où j’aurais oublié que je n’étais pas libre de mes mouvements.  

Je remis mon cellulaire dans ma poche et offris un sourire forcé à Karl. Il me pointa un groupe qui avait poussé l’audace jusqu’à apporter un vieux sofa. Je laissai mes frustrations derrière moi et lui montrai un grill en forme de ballon de football. Au kiosque d’une chaîne de restauration, il nous prit deux smoothies.  

– Alors, que fait une étudiante en anthropologie dans ses temps libres? 

Je haussai les épaules. 

– Rien de bien spécial. Geneviève m’oblige à faire des cours de kickboxing. Le reste du temps, c’est les études. Comme mes parents paient mes frais de scolarité, j’ai intérêt à réussir mes cours. 

Il acquiesça. 

– Tu pourrais travailler au centre de soutien aux étudiants. 

Je secouai la tête. 

– Je fais partie de la catégorie d’étudiants qui demandent de l’aide plutôt qu’à ceux qui l’offrent. Et toi, que fais-tu dans tes temps libres? 

– Je donne un coup de main pour les cours d’escalade pour les jeunes au PEPS. Ça occupe la plupart de mes samedis. 

Je haussai un sourcil. 

– Karl, athlète et philanthrope. 

Il m’offrit un sourire dérisoire. 

– Si quelqu’un te pose la question, dis-lui que je le fais seulement pour avoir un rabais sur mon abonnement à la salle de sport. 

J’éclatai de rire. Comme membre du Rouge et Or, il n’avait pas d’abonnement à payer. Il haussa les épaules et mit les mains dans ses poches. 

– Je trouve que c’est important pour les jeunes. À leur âge, le sport m’a évité de m’attirer bien des problèmes. 

J’acquiesçai au souvenir de Bridget qui m’annonçait qu’elle m’avait inscrite à toutes les activités parascolaires inimaginables. C’était à la suite d’une série d’excursions non approuvées dans la forêt. Mes tuteurs avaient parlé de fugue, alors que je trouvais le mot randonnée plus approprié.  

Avec du recul, le comportement avait été autodestructeur. J’essayais inconsciemment de me mettre en danger en partant seule et loin. Les activités m’avaient permis de me changer les idées, puis de prendre goût au sport d’équipe et à la discipline requise par l’entraînement. 

Notre circuit nous ramena finalement à la tente de notre groupe. À notre arrivée, le cercle s’agrandit pour nous inclure. Karl se présenta à ses plus proches voisins avec une poignée de main. Je l’observai, silencieuse. Sa façon de prendre en charge ses interactions avec les autres me rappelait Christian. Il n’y avait aucun doute dans mon esprit à savoir que Karl était du genre à savoir ce qu’il voulait et être prêt à tout faire pour l’obtenir. 

Fred lui tendit une bière et s’ensuivit une discussion sur le football et la partie à venir. Les garçons débattaient au sujet d’une stratégie et je peinais à suivre, mes connaissances du football beaucoup trop génériques pour ce degré de détails. Thomas secouait la tête d’un air buté et Fred agita une main, exaspéré. 

– Je vais te faire un dessin. Est-ce que quelqu’un a un bout de papier? 

Geneviève me pointa du menton. 

– Ellie en a sûrement. 

Karl tendit la main et je lui donnai ma bière. J’ouvris mon sac tandis que Thomas continuait d’argumenter. Je tirai sur mon cartable et mon cahier à dessin suivi. Je le mis de côté, préférant leur donner une feuille lignée, plutôt qu’une des pages du cahier. Fred attrapa le crayon que je lui tendais avec un remerciement distrait.  

Geneviève et les autres se penchèrent au-dessus de la table pour regarder le tracé de Fred. Karl pointa mon cahier à dessin. 

– Est-ce que je peux? 

J’eus une seconde d’hésitation, avant de le lui tendre. Ce n’était pas une question de fausse modestie ou parce que je voulais garder mes dessins secrets. Mais j’avais souvent eu des réactions négatives. J’étais bien au fait que mes dessins ne plaisaient pas à tous. 

Karl tourna la première page et haussa les sourcils de surprise. Je repris ma bière qu’il avait déposée sur la table à ses côtés. Je bus une gorgée pour éviter de lui arracher mon carnet des mains. Il s’attarda sur chaque dessin avant de passer au suivant.  

Il hocha la tête d’un air appréciateur devant un de ceux que j’avais faits la semaine passée. Une femme était agenouillée nue, les mains sur la poitrine parcheminée comme de la glaise au soleil. Son dos était pulvérisé depuis l’intérieur et les fragments se transformaient en oiseaux dont l’envol s’étendait jusqu’au coin supérieur de la page. Karl cligna des yeux à plusieurs reprises. 

– C’est… 

– Étrange? Perturbant? 

Il secoua la tête, les yeux toujours rivés sur mon dessin. 

– Intense. C’est tellement vrai, je peux sentir la douleur. 

Je haussai les sourcils. C’était bien la première fois que quelqu’un mettait le doigt précisément sur l’émotion que j’avais essayé de communiquer. Il tourna la page et s’arrêta sur le dessin de la veille. Il hocha la tête silencieusement.  

J’aurais voulu savoir ce qu’il en pensait, mais j’avais la gorge si serrée, j’étais incapable de parler. Il arriva finalement sur le dessin de ce matin et inspira profondément, comme pris au dépourvu. Son regard trouva le mien. J’étais incapable d’y déchiffrer ce qu’il ressentait, mais il avait l’air troublé. Je tendis la main vers mon cahier. Il le referma avec attention et me le remit sans rien dire. 

Geneviève s’approcha, brisant la tension. Elle me remit mon billet, puis en tendit un à Karl. 

– On a eu une annulation. C’est celui à côté d’Ellie. Ça serait dommage de le gaspiller. 

Karl haussa un sourcil et prit le billet. 

– C’est une offre difficile à refuser. 

J’ouvris la glacière et me pris une autre bière. J’allais en avoir besoin. 

Cochez oui, cochez non

Comme vous le savez peut-être, je m’embarque dans une nouvelle aventure. Je change de genre littéraire et j’échange les vaisseaux spatiaux pour les créatures surnaturelles. C’est un projet sur lequel je travaille depuis déjà 4 ans. En fait, au moment où j’ai terminé la première version de Gemellus, j’ai entamé ce projet. Ça fait donc un moment qu’il mijote sur le rond d’en arrière! 

Chaque projet prend sa source dans une simple idée ou un concept saugrenu. Le point de départ de la série Windigo m’a un peu pris par surprise, mais au final, l’idée était trop tentante pour la laisser filer: 

Et si les créatures surnaturelles étaient séparatistes elles aussi? Tout comme une partie des Québécois?  

Ceux qui me connaissent bien vont se demander où j’ai été pêcher ça. Je n’ai jamais été enflammée par la cause de l’indépendance du Québec. J’ai grandi dans un environnement majoritairement fédéraliste avec un discours du genre “Un Québec fort dans un Canada uni”. La politique était un sujet récurrent dans les réunions de famille, mais avec une bonne dose de censure pour éviter les débordements. Je suis donc toujours restée ambivalente sur le sujet. 

Il y a quelques années, dans le cadre de mon travail, j’assurais l’accueil pour un séminaire sur la constitution et le fédéralisme. Je n’avais aucune opinion sur le sujet, mis à part d’assurer le meilleur service possible! Le premier participant à se présenter a été Me Guy Bertrand. Je ne le connaissais pas, mais à ce moment, j’avais encore l’âge de passer pour une étudiante, alors je suis sûr qu’il m’a pardonné mon ignorance.  

Comme j’étais une des seules personnes sur place, nous avons eu quelques minutes pour discuter. Il a fièrement sorti son plus récent livre et m’a expliqué sa position sur la faisabilité de l’indépendance du Québec. Je l’ai écouté attentivement, plus par respect que par réel intérêt, mais il reste que sa passion était contagieuse. Il s’est d’ailleurs empressé de m’ajouter comme amie Facebook, car il entreprenait une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux. J’étais charmée et conquise (sans mauvais jeu de mot).  

Dans la journée, je me suis mise à réfléchir. J’étais déjà en train de mijoter une idée pour une histoire de fantasy urbaine, mais il me manquait le fil conducteur. La question m’est tombée dessus comme une tonne de brique. Et si les surnaturels étaient séparatistes? Que se passerait-il? Que revendiqueraient-ils? Comment obtiendraient-ils leur indépendance? Il fallait absolument que je trouve des réponses à ces questions. 

C’est ainsi que j’ai tricoté la trame de fonds des événements du livre “La proie du Windigo”:  

Ellie, jeune étudiante universitaire, se trouve mêlée à des rivalités entre les séparatistes et les loyalistes surnaturels, alors que l’enjeu pour elle est plutôt d’obtenir sa propre indépendance. 

Le livre sera disponible le 24 septembre. D’ici là, vous pouvez lire une courte nouvelle dans le même univers en vous abonnant à mon infolettre: 

Retour de lecture : Aurora Squad

Alors que c’était le grand jour pour Dominus, le tome 3 de la série Dominix Kemp, je célébrais, un verre de vin d’une main et mon Kindle de l’autre. J’ai terminé la lecture d’Aurora Squad avec beaucoup d’intérêt. C’est un space opéra jeune adulte de Amie Kaufman et Jay Kristoff, traduit de l’américain.

On suit une escouade de légionnaires de l’espace et chaque chapitre est d’un point de vue différent. D’ordinaire, je n’aime pas avoir plus de deux points de vue (raison pour laquelle j’ai arrêté Games of Thrones après le tome 1…🤷‍♀️) Mais dans ce cas-ci, les auteurs ont joué avec ces changements de main de maître. Il m’est arrivé de ne pas me rappeler qui était le narrateur dans certains passages et j’ai dû faire un peu de gymnastique mentale, mais rien de bien terrible. C’est peut-être lié au fait que le roman a été écrit à quatre mains et que certains passages sont plus dans l’action que dans le monologue interne du personnage.

Les premiers chapitres jouent aussi sur la trame de temps, en passant du présent au passé, et c’est très bien exécuté; c’est principalement ce qui m’a poussé à poursuivre ma lecture. Chaque personnage est distinctif et bien développé. Ce qui les sépare au début sera ce qui les unira à la fin et c’est vraiment passionnant de suivre cette évolution.

Côté romance, c’est léger puisque c’est du jeune adulte (YA). Mais les intérêts romantiques se sont rapidement révélés être différents de ceux auxquels je m’attendais, ce qui a été une agréable surprise, et finalement beaucoup plus intéressant!

À l’occasion, entre les chapitres, on nous présente des captures d’écran de la tablette intelligente (qui a d’ailleurs autant de personnalité que les autres membres de l’équipe 😉). On en apprend plus sur l’univers, mais j’ai trouvé que ça faisait jeunot et que ça détournait l’attention de l’histoire. Je les ai tous lu, mais on peut passer par-dessus sans trop de problème.

Ce serait une histoire parfaite pour le grand écran. Ceux qui ont aimé la Stratégie d’Ender (j’ai seulement vu le film) vont assurément aimer ce roman, car il y a ce petit quelque chose dans le déroulement de l’intrigue qui me l’a rappelé. La fin du roman est un gros « à suivre », sans nécessairement être un cliffhanger insoutenable.

Au final, je donne 4 étoiles à Aurora Squad. Le tome 2 ira dans ma PAL, mais pas nécessairement en priorité.

Consultez la fiche sur Babelio pour plus de détails.